05 décembre 2009

Perles de clients…

« Le terrain y a que ça de vrai… Il est super important pour tout manager de rester proche du terrain : au cœur de l’action, aux côtés du client et surtout des réalités de son business… »

A l’heure actuelle je m’imagine mal faire autre chose : mon métier actuel est bien la seule expérience professionnelle qui m’ait fait un peu vibrer… Armée de mon double-téléphone, d’un cutter, d’un stylo, d’un carnet de note et de plusieurs rouleaux de scotch (allant du transparent au double face), chaque jour je chausse mes chaussures de sécu et retrousse mes manches, parée à affronter le quotidien.

Beau métier ? Ouiii même si je l’avoue parfois je me damnerais pour un siège, un bureau et une partie de spider solitaire doublée d’un checkage de gmail/facebook toutes les 5 secondes minutes. Métier fascinant mais métier fatigant… La faute à notamment deux gros points noirs ou trois si on fait rentrer les rapports hiérarchiques dans le classement : la mise en rayon (les fameuses palettes) et LE CLIENT !

Ah client, cher client…

Tu le cœur de toutes nos préoccupations et c’est pour toi qu’à la base on se casse la tête en non stop. Quels produits viens-tu chercher ? seras-tu sensible à cette nouveauté ? à cette promotion ? comment disposer le rayon pour que tu t’y retrouves ? que tu comprennes ? que tu le trouves beau ? par ailleurs, quel est ton profil type ? tes attentes ? es-tu satisfait de nos services ? et si on passait chez toi nous assurer que tout va bien pour toi ?


Avoue client, on te chouchoute… et pourtant tu nous en fais voir de toutes les couleurs !

Il est difficile de parler d’un client (puisque le client est unique)… Chaque contact est 100% nouveau et original, et certains marquent. Top 5 ?

- L’incroyable client qui voulait tamiser la lumière de ses WC

- Le client qui m’a traité de voleuse car ses piles ne marchaient plus au bout de 6 mois

- Le client qui se plante devant moi et qui dit : « grâââ » pour demander de l’huile pour graisser ses gonds de porte

- Le client qui cherchait un décicateur

- Celui qui voulait un cutre

Cinq clients parmi d’autres mais qui m’ont déclenché de véritables fou rires intérieurs (et en partie extérieurs même si c’est pas super bien perçu… c’est juste trop dur de se retenir).


Chaque client : unique ? Oui sans aucun doute maaais souvent les mêmes questions reviennent ; d’ailleurs depuis quelques semaines j’hésite à investir dans le tatouage qui changerait ma vie : « les ampoules sont rangées au 1er étage ». Ainsi pour conclure cet article, un petit aperçu des différentes catégories dans lesquelles je range mes clients. Enjoy :


Le client drôle : majoritairement il t’aborde avec une blague, et ensuite on ne l’arrête plus ! Exemple : « j’ai besoin de vos lumières ! » (ah ah, rayon électricité) ou encore ce matin « tombez pas tout de suite de votre escabeau Mlle je passe avant ! » je crois même qu’il a dit Monsieur mais j’ai du mal comprendre…

Le client assisté : il n’aime pas chercher et n’aime pas non plus que tu leur indiques une vague direction… la plupart du temps il n’a qu’une idée très éloignée de ce qu’il veut et va te demander beaucoup de temps et de patience. Exemple : « je cherche un joint, c’est où ? » (ça tombe bien on n’a qu’un seul joint en plomberie -__-)

Le client-qui-n-y-connaît-rien : souvent une cliente d’ailleurs. C’est celui/celle qui vient avec sa liste de course illisible et qui rale contre son mari/plombier/électricien qui demande des choses impossibles/introuvables et « horriblement cher »

Le client riche : Lui il est génial… Le genre de client prêt à mettre 150 € dans un interrupteur à effleurement avec une plaque décorative en une matière étrange et chère comme le « corian nocturne » ou le « verre kaolin ». J’aime ce client mais il est dur à garder (oui on a tendance à se faire voler nos produits chers donc quand le client riche arrive, on n’a plus rien à lui vendre… frustrant)

Le client proche de ses sous : Systématiquement il cherche la remise « et si je vous prends 3 prises, j’ai droit à combien de réduction ? ». Le genre de client qui va pinailler sur une erraflure sur son carton ou sur les 2 centimes de différence qu’il a constaté entre ton magasin et le celui du concurrent… « Par principe les 2 centimes… »

Le client flippé : Qui a tellement peur de se tromper qu’il pose 36 questions (dont souvent trois fois la même avec des mots différents) et va bien sûr vérifier tes réponses auprès de tous les collègues qui passent à proximité (flippé ou macho… le macho fait ça aussi…)

Le client vieux : Il bouge lentement, il lit pas bien les emballages et n’entend pas bien non plus… Souvent contre le progrès, il ne conçoit pas que non la pièce plastique en « s » de sa chasse d’eau vieille de 30 ans ne se remplace pas et qu’on le force à tout changer.

Le client qui veut voir le directeur : Il ne se fait pas à l’idée que tes joints de gaz tu ne les vendes que par dix alors qu’il n’en veut qu’un. Il ne conçoit pas qu’on ne reprenne pas son abattant de toilettes alors qu’il a été utilisé. Il ne comprend pas comment c’est possible qu’un produit ne soit plus en stock. Il ne saisit pas non plus pourquoi le produit qu’on lui a fait sur mesure, on ne lui rembourse pas quand il n’en veut plus… Ce client aime le scandale, parler fort et passer pour quelqu’un d’important. Il aime aussi la concurrence et te prédire ta faillite prochaine (gentil client, pourquoi viens-tu ?)

Le client qui « connaît le directeur » : il me fait rire celui-là :). Ou mieux, le client qui a été à l’école avec la femme du directeur (oui véridique…)

L’ancien artisan : souvent dangereux, il te soutient mordicus qu’il a raison et qu’il fait ce métier depuis plus longtemps que toi… (je persiste à dire que raccorder un fil de phase à un tuyau de gaz c’est pas top !).

Le client bourré : il vient tôt le matin et parle un langage inconnu… il aime te parler près et écoute religieusement ce que tu lui dis. Lui c’est la roulette russe, il peut avoir un côté pratique si il te fait entièrement confiance… sinon tu peux déjà annuler ta pause coca-light le café c’est démodé car t’en as pour un bout de temps

Le client macho : « Excusez moi est-ce que vous pourriez m’appeler quelqu’un pour qu’il me renseigne ? »

Le client qui n’articule pas : « B’chour essque vou a’ez un peuktrecheum ? »… ??????

La vieille cliente qui vit seule : Elle vient acheter une rallonge mais trouve le moyen de caser qu’elle a trois chats, un fils qui ne vient jamais la voir et qu’elle est allergique aux carottes… Ne jamais se planter dans sa vente (ou elle revient t’en parler pendant des heures) ou pire lui donner son numéro de téléphone car elle s’attache TRES vite aux gens.

Le jeune couple : Qui veut changer leurs interrupteurs parce qu’ils ne sont pas assez design… Looongues négociations entre Monsieur et Madame… très looongues.

Le vieux couple : Monsieur vient quémander des informations mais ne manque pas d’étaler son savoir devant Madame qui le regarde avec un air total d’adoration. Dur quand Monsieur ne sait pas de quoi il parle ou se trompe… jamais il ne l’avouera devant Madame « Non Monsieur il n’y avait pas de promo sur ce multimètre le mois dernier… Non c’est juré c’est moi la responsable des promo… ». Non je ne suis pas une menteuse, mais beaucoup de femmes de Rueil doivent le penser maintenant…


Et j’en oublie… bien évidemment :)

On en bave en rayon…


Heureusement, qu’une fois sur 100, tu tombes sur le client adorable, qui sait ce qu’il veut, qui est super sympa, qui dit bonjour et merci et surtout qui te dit qu’il reviendra et que t’étais quand même vachement cool comme vendeuse. Merci à toi client pépite, toi aussi tu reviens quand tu veux, c’est un peu toi ma grande bouffée d’air frais dans ces moments souvent pénibles qui sont les moments de vente.

Posté par Timute à 15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Perles de clients…

    Merci ! ^_^

    Merci pour ce grand moment de rigolade en solitaire ^_^ C'est criant de vérité, ça sent le vécu. C'est trop cliché pour être faux... C'est marrant, on se reconnaît un tout petit peu dans chacun de tes clients types !

    PS : je te prends quand tu veux au Spider Solitaire. Et c'est même pas la faute de mon boulot, je joue à des jeux merdiques et chronophages tout seul comme un grand, pas besoin de mon boulot pour me le permettre ^_^
    PPS : c'est quoi, un décicateur ? No idea ? Même une toute petite ?..
    PPPS : je cherche un boulon, c'est où ?

    Posté par Cricri, 05 décembre 2009 à 17:49 | | Répondre
  • Compatisant

    Ouais, en lisant ca j'aurais presque l'impression qu'on fait le meme metier...
    Le client qui veut voir le directeur, a la la, celui la... avant il me sufisait d'apeller le directeur pour m'en debarasser...
    Et encore! Je suis pas tout à fait piégé, je peux encore dire "auh, non, je suis juste le directeur ADJOINT, je vous passe le grand chef! Tiens grand chef, demerde toi!"

    Quels cons ces clients :p

    Posté par Loïc, 06 décembre 2009 à 12:04 | | Répondre
  • Compatisant

    Ouais, en lisant ca j'aurais presque l'impression qu'on fait le meme metier...
    Le client qui veut voir le directeur, a la la, celui la... avant il me sufisait d'apeller le directeur pour m'en debarasser...
    Et encore! Je suis pas tout à fait piégé, je peux encore dire "auh, non, je suis juste le directeur ADJOINT, je vous passe le grand chef! Tiens grand chef, demerde toi!"

    Quels cons ces clients :p

    Posté par Loïc, 06 décembre 2009 à 12:08 | | Répondre
  • Génial xD

    Première fois que je viens sur ton blog et je tombe sur ça! C'est tout simplement génial! Et c'est vrai qu'y a un bon paquet de cons qui viennent toujours nous emmerder au boulot. Et je compatie grandement à ta douleur du coup >.< Promis, un jour je serais un client pépite *_* Et je serais même un peu comique et bourrée....un bon mélange, nan?

    Posté par Virgie, 16 décembre 2009 à 17:37 | | Répondre
Nouveau commentaire